Débordements serbes à la suite d'une manifestation contre l'indépendance du Kosovo

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le Parlement de Serbie devant lequel se sont réunis les manifestants.

22 février 2008. – Des incidents ont éclaté à la fin d'une importante manifestation organisée à Belgrade contre l'indépendance du Kosovo. Des manifestants ont attaqué plusieurs ambassades et ont notamment incendié celle des États-Unis d'Amérique où un corps carbonisé a été retrouvé par la suite.

La manifestations avait commencé quelques heures plus tôt lorsque plus de 150 000 personnes selon la police, s'étaient regroupées devant le Parlement pour protester contre l'indépendance du Kosovo. Plusieurs orateurs, parmi lesquels le Premier ministre Vojislav Kostunica, le nationaliste Tomislav Nikolic et le cinéaste Emir Kusturica, ont rappelé le rôle historique du Kosovo et ont réaffirmé que la Serbie n'accepterait jamais l'indépendance du territoire.

Les incidents ont débuté par la suite, lorsque quelques centaines de jeunes ont lancé des torches enflammées contre l'ambassade des État-Unis d'Amérique sans intervention de la police. Par la suite, plusieurs autres ambassades de pays ayant reconnu l'indépendance du Kosovo ont été également prises comme cibles avant que la manifestation ne se déplace dans le centre-ville où plusieurs magasins ont été saccagés. D'importantes forces de police sont alors intervenues à l'aide de gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants, faisant plus de 90 blessés, dont au moins 32 policiers. Le calme était revenu en fin de soirée.

Les États-Unis d'Amérique ont officiellement protesté auprès de la Serbie et appelé les autorités serbes à renforcer la sécurité autour de l'ambassade. En particulier, l'ambassadeur des États-Unis d'Amérique à l'Organisation des Nations unies Zalmay Khalilzad s'est déclaré « indigné » par cette attaque avant que le le conseil de sécurité ne condamne les violences commises contre les ambassades et rappelé le principe de l'inviolabilité des missions diplomatiques.

Sources