Carlos Ghosn : le conseil d'administration de Renault refuse de payer ses indemnités de départ

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Carlos Ghosn
Carlos Ghosn

14 février 2019. – Rien ne semble s'arranger pour Carlos Ghosn. Encore en détention au Japon pour fraude fiscale depuis novembre 2018, l'ancien PDG de Renault pourrait aussi être privé de ses indemnités de départ.

Le conseil d'administration du groupe Renault s'est réuni le 13 janvier 2019 sur le cas de l'ex-PDG. Ce dernier, contraint de démissionner le 24 janvier dernier, pourrait ne pas profiter des avantages édictés dans le contrat qui le liait à Renault.

La clause de son contrat stipule qu'il peut prétendre, après son départ, à 2 ans de salaire et 137 000 actions gratuites. Ce qui équivaudrait à environ 11 millions d'euros.

Jusqu'à présent, l'ancien PDG ne s'est pas exprimé sur le sujet. Toutefois, son avocat à Paris a qualifié une telle décision d’indigne vis-à-vis de son client.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Logo Wikinews
Actualiser la page Actualiser la page
avant Jour précédent

14 février 2019

Jour suivant avant