Belgique : L'Église de Scientologie a tenté de faire évacuer trois de ses immeubles squattés

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir sur Wikipédia l'article
Scientologie.

10 octobre 2006. – Rien ne va plus au 101, 102 et 103 du boulevard Waterloo à Bruxelles. À la suite d'une opération squattage spectaculaire le 28 septembre dernier, de ces bâtiments laissés à l'abandon depuis 3 ans, les propriétaires, la BBAI[1], ont tenté une évacuation « à l'Américaine ». Pour cela, ils ont utilisé les services d'une société de gardiennage agréée auprès du ministère de l'Intérieur.

Le vendredi 5 octobre 2006, Ce « service d'ordre » a tenté d'expulser les 50 familles, soit environ 200 personnes, toutes à faible revenu, et de changer les serrures. L'intervention a eu lieu à 5 heures du matin. Les occupants ont opposé de la résistance faisant ainsi avorter la tentative en question.

Selon ces mêmes propriétaires, un avis a été apposé dans les bâtiments avec injonction d'évacuer les bâtiments au plus tard dimanche 17 heures. Ils avaient annoncé la coupure de gaz et de l'électricité dès lundi. Ils justifient cette action à cause de « lourds travaux » qui devraient être entrepris dès le lendemain.

Cette intervention musclée a suscité l'indignation du bourgmestre PS de Bruxelles. Ce dernier a rappelé que « seule une décision de justice de paix peut permettre une expulsion que seule la police peut exécuter. »

Il s'avérerait que les bâtiments en question, d'une surface totale de 20 000 m², appartiendraient en fait à l'Église de Scientologie, cataloguée selon le rapport parlementaire n° 313/7-95/96 du 28 avril 1997[2], comme mouvement sectaire nuisible. La société américaine en question n'en serait qu'un prête-nom.

Selon M. Freddy Thielemans, bourgmestre de la ville, la BBAI lui aurait confirmé la volonté de l'Eglise de Scientologie d'y établir son siège européen. Toutefois, la représentante Belge de ce mouvement affirme n'être au courant de rien. Le premier magistrat de la ville a ajouté que les « travaux en question doivent faire l'objet d'une autorisation qui... n'a pas été délivrée. »

  1. La Société immobilière Belgium Buildings Acquisitions Inc., probablement de droit américain
  2. Voir la première partie et la la deuxième partie du rapport de la Chambre des représentants.

Sources