Afghanistan : libération de l'un des otages français

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

28 avril 2007. – L'otage française nommée Céline (son patronyme n'a pas été communiqué), membre de l'ONG Terre d'enfance a été libérée par ses ravisseurs talibans ce matin à 11H05 (heure locale soit 6H35 UTC) dans le district de Maiwand de la province de Kandahâr en Afghanistan d'après un porte-parole des Talibans. L'ambassade de France en Afghanistan attend une confirmation avant de faire une déclaration.
De plus, les ravisseurs accordent à la France un délai supplémentaire d'une semaine pour négocier la libération du second otage français Eric, membre de la même ONG ainsi que celles des trois accompagnateurs afghans.

Ils avaient enlevé les cinq personnes le 3 avril dernier, avant de donner leurs revendications le 20 avril avec comme principale revendication le départ des troupes françaises stationnées en Afghanistan avant le 27 avril. Cette force compte environ mille hommes et est stationnée dans la région de Kaboul d'après l'organisation de l'Isaf qui regroupe environ 37 000 soldats venant de 37 pays. La raison de la libération et du délai est d'après le porte-parole des ravisseurs dû à l'actualité présidentielle française qui occulte leur action, cette libération montre, toujours d'après ce porte-parole, la bonne volonté des ravisseurs. Mais après ce délai, les talibans ont indiqué que l'otage français et ses trois accompagnateurs seront exécutés.

En réponse, le gouvernement français avait envoyé un diplomate en Afghanistan mais est très discret depuis le début de l'affaire, officiellement pour ne pas gêner les discussions. Le ministre des affaires étrangères, Philippe Douste-Blazy a juste déclaré que « l'armée française n'avait pas de vocation à rester occuper un pays à long terme [...]. Cela va d'ailleurs contre les valeurs de la France de respect de souveraineté, d'indépendance nationale et d'intégrité territoriale ».

Notons aussi que les fondamentalistes talibans n'exécutent pas leurs otages étrangers mais seulement ceux afghans comme cela c'était déroulé pour le journaliste et otage italien Daniéle Mastrogiacomo le 19 mars dernier, libéré après deux semaines de captivité alors que son chauffeur et son interprète afghans avaient été tué.

Sources