Égypte : la crise judiciaire s'étend

Une nouvelle de Wikinews, la source d'informations que vous pouvez écrire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Club des juges a annoncé dimanche qu'il ne superviserait pas le référendum sur le projet de Constitution prévu le 15 décembre et qu’il le boycotterait.


3 décembre 2012. – Le Club des juges d’Égypte avait déjà appelé il y a une semaine à une grève illimitée dans tous les tribunaux du pays jusqu'à ce que le président islamiste Mohamed Morsi renonçât au décret du 22 novembre par lequel il avait considérablement élargi ses pouvoirs, mettant en particulier ses décisions à l'abri d'un recours en justice.

Par ailleurs hier la Haute Cour constitutionnelle a suspendu ses travaux indéfiniment, après que des manifestants islamistes appuyant le président Morsi eurent encerclé l’enceinte du tribunal. Les juges de la Cour affirment avoir cessé de travailler en signe de protestation contre ce qu’ils qualifient de « pressions ».

Un bras de fer s'est engagé entre le président Morsi et le pouvoir judiciaire après un décret le 22 novembre, par lequel le chef de l’État a élargi ses pouvoirs et interdit à la justice de statuer sur l'affaire de la commission chargée de rédiger la Constitution.

La Cour constitutionnelle, dont la grève accroît la pression sur le président, devait examiner la validité de cette commission dominée par les islamistes et boycottée par l'opposition de gauche et laïque ainsi que par les Églises chrétiennes.

Composée de 19 juges, la Cour est chargée d'examiner la constitutionnalité des lois.

La commission constituante a remis samedi soir le projet final de loi fondamentale à M. Morsi, qui a convoqué un référendum pour le 15 décembre.

Partisans et opposants de M. Morsi ont manifesté en masse après le décret, signe du fossé croissant entre la mouvance islamiste et les laïcs.

Source[modifier | modifier le wikicode]


  • Page Égypte de Wikinews Page « Égypte » de Wikinews. L'actualité égyptienne dans le monde.